Aimer l’Église à l’école de Marie

Add this
Édytorial de la revue diocésaine de juin 2017, par le père Joël Rignault, vicaire général.

Nous venons de célébrer le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fatima. La venue du Saint-Père au sanctuaire portugais, le 13 mai dernier, a souligné cet évènement.

Dans notre diocèse, nous l’avons célébré en paroisses, lors d’une Eucharistie dominicale et/ou d’une procession. Souvent, la communauté des personnes originaires du Portugal s’est mobilisée à cette occasion. Cela a d’ailleurs entraîné le restant de la communauté à prier la Vierge.

J’aimerais briè­vement m’attarder sur ces moments où nous prions ensemble en faisant procession. À Sens, nous portions une lumière qui nous rappelait que nous sommes habités de cette lumière du ressuscité et que, précisément, cette lumière nous met en marche et nous donne le goût d’avancer ensemble, en Église, guidé par la Vierge Marie.

Il ne s’agit évidemment pas d’une marche qui nous fait oublier le poids de ce qui nous préoccupe (pour nous-même ou pour nos proches), mais il s’agit d’une marche qui nous rappelle que notre pèlerinage terrestre peut être un cheminement à la rencontre du Seigneur et de nos frères.

Faire procession, guidé par la Vierge Marie, c’est une bonne occasion d’expérimenter une démarche confiante dans la simplicité.

À Lourdes ou à Fatima, les foules aiment à faire procession. On ne demande pas à cette foule de passer un examen de théologie. Sans doute, ils sont nombreux ceux qui ne comprennent pas toute la portée des articles de la foi que nous énonçons dans le Credo. Mais ils marchent dans la confiance et la simplicité du cœur.

Il peut y avoir une fierté à se reconnaître membre d’un peuple qui sait dans quelle direction aller. C’est en effet l’occasion de comprendre que la marche de notre vie a du sens et que nous ne sommes pas si isolés que cela, si nous le voulons.

Il n’est pas rare que la participation à une procession provoque, dans le cœur des personnes, une remise en route dans une vie de foi et de confiance.

Face à un individualisme exacerbé et parfois cultivé dans certaines spiritualités centrées sur la personne, face à des itinéraires de vie qui recherchent le sens de l’orientation, l’invitation de la Vierge Marie à faire procession en Église trouve sa pertinence.

Il m’est arrivé de constater que certaines commu­nau­tés ne savent plus vivre une belle procession. Soit chacun marche à son rythme sans tenir compte de ses frères et sœurs, soit on ne sait plus embellir cette démarche où tous les âges doivent se sentir partie prenante. Réapprendre à faire procession, c’est peut-être aussi, d’une façon très concrète, réapprendre à vivre en Église.

J’aime à penser que la Vierge Marie nous y encourage grandement.

Mots-clés associés : ,
Navigation
Mots-clés associés : ,