Rapport moral - assemblée générale de l'Association diocésaine de Sens

Add this
Le 12 mai 2017 s'est tenue l'assemblée générale de l'Association diocésaine de Sens.
Voici le rapport moral de Mgr Hervé Giraud.

Le rapport moral de cette Assemblée générale donne à cette séance d’apparence administrative la dimension pastorale qui confère tout son sens à notre Association diocésaine. Nous savons bien, en effet, que cette appellation juridique propre à notre pays n’est qu’un moyen qui nous est donné pour pérenniser le rayonnement missionnaire des diocèses de Sens & d’Auxerre, deux vénérables Églises unies en une seule depuis bientôt deux siècles.

Or, après la mise en place de nouvelles paroisses, le 2 février 2016, et la nomination canoniquement prescrite de curés qui en aient le soin, à compter du 1er septembre dernier, cette année qui vient de s’écouler aura été singulièrement marquée par le lancement de deux causes de béatification concernant deux Icaunaises.

En effet, le 1er mai 2017, le procès diocésain destiné à examiner l’héroïcité des vertus de la Servante de Dieu Élise Bisschop s’est ouvert, après que cette cause a reçu respectivement l’agrément et le nihil obstat de la Conférence des évêques de France et de la Congrégation romaine pour les Causes des Saints. En mars dernier, c’est pour la cause de Marie Mélanie Rougé, que le monde littéraire a consacrée sous le nom de plume de Marie Noël, que les évêques de France ont donné pareillement leur accord. Ainsi, nous ne pouvons que nous féliciter de pouvoir compter, dans notre diocèse, deux si belles figures missionnaires au féminin. Faut-il s’en étonner quand les pèlerins de Marie-Madeleine, à Vézelay, demeurent si nombreux et que le pape François a promu l’extension à l’Église universelle de la fête de celle qui fut « l’apôtre des apôtres » ? Cette nouvelle aura évidemment marqué notre diocèse et éclairé d’un jour particulier le pèlerinage du 22 juillet 2016, que S. Em. le Cardinal André Vingt-Trois avait accepté de présider.

C’est donc guidé par ces témoins de la foi chrétienne que notre diocèse a poursuivi fidèlement sa mission tout au long de cette seconde année de mon épiscopat dans l’Yonne. Je retiendrai notamment la première Assemblée diocésaine qui a réuni, le 26 novembre dernier, une part importante du peuple de Dieu engagé dans la célébration de la foi, l’annonce de l’Évangile et le service de ses frères. L’exhortation apostolique Amoris Laetitia méritait bien une telle rencontre destinée à promouvoir sa mise en œuvre, confiée particulièrement au Service diocésain de pastorale familiale. Constituant le Conseil diocésain de pastoral prescrit par le droit de l’Église, cette Assemblée diocésaine sera réunie en 2017, à pareille époque, c’est à dire à la veille du premier dimanche de l’Avent, afin de s’attacher à la mise en place de fraternités paroissiales : la fraternité est le nom premier et propre de notre Église, elle constitue une nécessité humaine autant que spirituelle. A-t-on idée de ce qu’une fraternité véritable pourrait avoir comme conséquences sur les difficultés de notre monde ? Je souhaiterais donc encourager les chrétiens du diocèse à se rassembler non pour s’engager à réaliser des prouesses, mais simplement pour lire l’Évangile et le partager, porter les difficultés de chacun dans une même prière, rompre l’isolement et aider concrètement ceux autour de nous qui souffrent.

Les services diocésains ont mené dans une belle continuité les projets qui leur sont dévolus. La profusion nous oblige à n’en citer que quelques uns sans omettre toutefois de remercier tous ceux qui s’y dévouent. Saluons notamment, sous l’égide du Service diocésain de formation, le lancement d’une nouvelle promotion de la Formation aux responsabilités ecclésiales, ou encore le beau travail du livret sur l’Eucharistie, fort apprécié lors du Carême 2017. Les innovations nous conduisent inévitablement à évoquer le nouveau site internet dont s’est doté le diocèse, pendant que les sites paroissiaux poursuivent également leur mue. Une nouvelle base de données diocésaine se met en place, pour faciliter une meilleure connaissance des acteurs pastoraux du diocèse. Cette année restera également marquée par la publication du premier titre d’une série destinée à appréhender « la foi …tout simplement ».
Ce travail d’autant plus remarquable qu’il a réuni des contributeurs de différents services diocésains, a été salué par plusieurs de mes confrères évêques : il illustre notre volonté de rejoindre nos contemporains en leur expliquant simplement la foi en Christ. Sous la même forme d’un dépliant, un livret de préparation au mariage est en cours d’élaboration.

Les initiatives de communication et de formation s’étendent également à la Chancellerie diocésaine qui a mis en place de nouveaux registres et formé les notaires paroissiaux. Sa lettre participe elle aussi d’une formation continue sur les questions canoniques qui se posent quotidiennement. On retrouve un même souci de formation dans la pastorale de la santé, notamment autour du sacrement des malades, comme dans les propositions du service des pèlerinages. La pastorale des jeunes s’est dotée d’une nouvelle équipe, sous la houlette de Mme Anne Renard. Elle conduit la mission de structurer des initiatives fondatrices en direction de ceux qui sont l’avenir de nos communautés : à Taizé, à Lourdes, des marches, des sessions et des retraites sont capables de marquer de façon prégnante la foi naissante des jeunes.
Les sessions « Faites le 18 ! » se sont ouvertes à l’intergénérationnel, car la fraternité dépasse précisément les âges et sensibilités. La cité Saint-Loup de Brienon, qui est bâtie sur cette certitude, s’est dotée d’une belle chapelle dédiée à la Trinité, dont la bénédiction a eu lieu le 28 avril dernier en présence notamment d’une délégation de paroissiens de Duisburg. Enfin, signalons que M. Jean-Claude Fourmaux-Lainé prendra ses fonctions à la rentrée de septembre, comme directeur diocésain de l’Enseignement catholique, mission dont l’exigence est à l’image des enjeux de l’instruction et de l’éducation dans notre pays.

Tous les services diocésains administratifs ou pastoraux, faut-il le rappeler, sont destinés à aider les paroisses dans leur mission quotidienne, les fidèles, les religieux, les diacres et les prêtres qui s’y dévouent. Le presbyterium diocésain a reçu le renfort de l’Abbé Célestin Badji à la rentrée de septembre : que le diocèse de Ziguinchor et son évêque, Mgr Paul-Abel Mamba, en soient vivement remerciés. Nous irons d’ailleurs, à la fin du mois de juin, témoigner directement toute notre reconnaissance à cette Eglise sœur en présidant la cérémonie des ordinations de ce diocèse du Sénégal. Nous avons eu également la joie d’accueillir en septembre un nouveau séminariste, ce qui porte leur effectif à trois pour notre diocèse. Le discernement diaconal a été relancé car ce ministère du service de la Charité doit pouvoir s’épanouir encore davantage. La prière et l’action des consacrés sont tout aussi nécessaires à notre diocèse. Réjouissons-nous donc du renforcement de l’effectif des Sœurs franciscaines du Cœur immaculé de Marie, de Pondichéry : deux nouvelles sœurs indiennes ont rejoint la France à l’automne, permettant à la communauté auxerroise d’essaimer vers Sens et participant au réveil des bâtiments de l’ancien archevêché. Elles se sont elles-aussi lancées dans la procédure de béatification de leur fondateur, le serviteur de Dieu Louis-Savinien Dupuis. Cette belle figure missionnaire sénonaise offre une transition naturelle vers l’évocation du rassemblement du 8 mai, à La Cordelle, qui a célébré le huitième centenaire de l’arrivée des franciscains dans notre pays. Au pied de la colline éternelle, la chaleur de la fraternité a suppléé l’absence momentanée de Frère Soleil !

Ce trop bref panorama ne serait pas complet sans citer de manière générale, pour n’en oublier aucun, l’engagement de chaque fidèle dans la vie de son Église diocésaine : en offrant son temps, ses talents, en mettant ses moyens humains ou financiers à disposition de la mission de l’Eglise, chaque baptisé fait avancer l’Eglise dans une marche dont le but nous est connu et demeure nécessaire à notre monde : l’annonce de l’Evangile. C’est cet objectif qui fonde et donne sens à toute notre action : que chacun soit donc certain de toute notre gratitude pour sa collaboration à cette œuvre essentielle.

+ Hervé GIRAUD

Navigation