Dans notre prière

Add this
Frère Jean-Baptiste, abbaye de la Pierre-qui-Vire

Le frère Jean-Baptiste, Joseph Nicolas, est parti à la rencontre de son Seigneur, ce vendredi 12 janvier 2018 en fin de nuit, à l’infirmerie du monastère.

Joseph Nicolas est né le 23 mai 1922 à Toucy (Yonne), second de six enfants. Son père dirige une entreprise de mécanique à Auxerre. Joseph fait une partie de ses études à l’école Ste Marie de la Pierre-qui-Vire, de la 6ème à la 3ème. En 1940, une année d’étude au séminaire de Sens lui permet de clarifier son appel à devenir missionnaire : cela sera comme moine !

Le 8 septembre 1941, il arrive au monastère, puis reçoit l’habit le 2 octobre 1941 et le nom de f. Jean-Baptiste. Il fait sa profession solennelle le 21 mars 1946 et est ordonné prêtre le 31 mai 1947. Ses premières années sont partagées entre l’enseignement de la philosophie scholastique, l’aide à l’infirmerie et l’animation de groupes d’enfants à l’école.

De 1950 à 1972, il fait partie de l’équipe des frères fondateurs de la seconde maison créée en Indochine, d’abord à Vinh Long au Vietnam, puis à Kep au Cambodge à partir de 1952. F. Jean-Baptiste prend une part active à la construction de cette nouvelle communauté qui partage avec la population les tribulations des violences liées à la décolonisation. Dans l’élan du concile, l’enracinement progressif de la vie monastique dans la culture khmère sera réduit à néant avec l’arrivée des Khmers Rouges en 1975. Déjà rentré en France quelques années auparavant pour raison de santé, f. Jean Baptiste prend une part active dans l’accueil des cambodgiens fuyant leur pays, ainsi que dans les rencontres interreligieuses monastiques, devenues le DIM.

Au monastère, à la menuiserie et à la forge, il déploie des talents d’ingéniosité. Puis il intègre l’atelier des ventes par correspondance, en collaboration avec Chantelle jusqu’en 2010. Actif, il désirait être utile à la vie de la communauté, jusqu’à ses dernières années.

Prière pour le monde, service et attention aux personnes dans le besoin, ont manifesté le zèle missionnaire de notre frère, désireux que d’autres découvrent l’Amour de Dieu qui l’animait.  

Nous nous sommes réunis auprès de notre frère afin de prier pour lui, dans l’espérance de la Résurrection, au cours de l’eucharistie, le lundi 15 janvier à 11 heures.

Il a été inhumé dans le cimetière du monastère à la suite de la célébration.

Père Luc CORNUAU, Abbé

Mots-clés associés : ,
Navigation
Mots-clés associés : ,