Élever le débat sans le perdre de vue

Add this
Édytorial de la revue diocésaine de janvier 2017, par Mgr Hervé Giraud.

L’Eucharistie du 1er janvier nous faisait entendre un passage du livre des Nombres : Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël : “Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !” (Nb 6,24-26). Or, c’est bien à chacun de nous comme le peuple de Dieu tout entier, dont Lui seul connaît les limites, que ces quelques lignes adressent une bénédiction. Et cette bénédiction s’accomplit par mimétisme : nous devenons porteurs du visage de Dieu par Celui-là dont l’Écriture dit qu’il peut alors se retourner pour contempler en nous son visage. Comment dès lors ne pas souhaiter que cette nouvelle année réalise peu à peu le grand désir de Dieu de nous bénir, de nous garder : créés à son image, il nous veut à sa ressemblance.

Certes 2017 s’annonce aussi imprévisible que toutes les années précédentes. Cela ne nous dispensera pas pour autant de discerner les signes de Dieu pour nous conformer à sa volonté. Ce discernement sera d’autant plus utile que la vie de notre pays sera marquée par deux rendez-vous électoraux majeurs avec les élections présidentielles et législatives. C’est peut-être l’occasion de lire ou relire le texte des évêques de France : “Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique”. Car au milieu d’une société sous tension, qui réagit et sur-réagit, n’est-il pas nécessaire de prendre du recul, d’écouter ceux qui ne pensent pas de la même manière, de réfléchir à plusieurs ? Apprendre à discerner, c’est prendre de la distance par rapport à notre monde, aux modes habituels d’agir, aux postures simplistes et autres “petites phrases médiatiques”, aux polémiques inutiles, signant trop souvent la paresse de nos intelligences pressées. J’invite chaque chrétien à faire un effort véritable d’objectivité, de recherche d’informations sûres, de dialogue. En un mot : élevons le débat sans le perdre de vue ! La “voix discrète de la raison” est trop souvent dominée par la rumeur, par des informations excessives, des slogans ou des injures. Les chrétiens se distingueront donc également par ce qu’ils ne feront pas ! Notre logique doit rester celle de l’évangile, de la non-violence, de la recherche du bien commun. Comme le rappellent les évêques : “Allons-nous encore laisser passer les années sans nous situer à hauteur des enjeux de responsabilité et de sens que la vie en commun nécessite ? Sommes-nous prêts à regarder les choses en face et à en tirer toutes les conséquences pour nos conduites personnelles et collectives ? Chacun, à son niveau, est responsable de la vie et de l’avenir de notre société. (…) Les vraies solutions aux problèmes profonds de notre époque ne viendront pas d’abord de l’économie et de la finance, si importantes soient-elles, ni des postures et gesticulations de quelques-uns. Elles viendront de cette écoute personnelle et collective des besoins profonds de l’homme. Et de l’engagement de tous.

Mais 2017 verra aussi, pour la France, la commémoration nationale du cinquantenaire du décès de Marie Noël. Célébrée de son vivant par Montherlant, Colette, Cocteau ou le général de Gaulle, elle demeure notre “payse”. Elle ne refusera donc pas de nous ouvrir une nouvelle fois son cœur, à travers l’un ou l’autre de ses textes pétris d’Art et d’Esprit afin de nous aider à nous extraire du tumulte pour discerner la beauté comme les difficultés de chaque jour. Aussi, c’est avec ses mots que je forme à votre intention des vœux pour cette nouvelle année :

« Conduis-moi lentement seul à travers les choses
Le long des heures tour à tour brunes et roses,
Seul avec Toi, du ciel aspirant tout l’espoir,
de la paix du matin jusqu’à la paix du soir. »

Mgr Hervé Giraud
Archevêque de Sens & Auxerre

Mots-clés associés : ,
Navigation
Mots-clés associés : ,