Une assemblée diocésaine

Add this
Édytorial de la revue diocésaine de novembre 2016, par Mgr Hervé Giraud.

Après la mise en place du conseil presbytéral, du conseil épiscopal, des conseils diocésains pour la solidarité, la mission ouvrière, la vie consacrée et après l’organisation des 31 paroisses en 4 doyennés, le moment est venu d’établir un conseil pastoral tel que l’Église le suggère (canon 511). Certes, au contraire du conseil presbytéral, ce conseil n’est pas obligatoire mais rappelle surtout qu’il faut impliquer les fidèles dans l’unique apostolat de l’Église diocésaine. Car, pour reprendre l’expression de Paul VI : “Évangéliser est la grâce et la vocation propre de l’Église, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser”. Cette mission est à vivre ensemble, en diocèse, et comme “en synode”.

Pour consolider un chemin commun, lisible et régulier, ce conseil pastoral prendra le nom et la forme d’une Assemblée diocésaine qui sera convoquée chaque année à la veille du premier dimanche de l’Avent pour lancer l’année liturgique et apostolique.
Cette Assemblée sera majoritairement composée de fidèles laïcs grâce à la présence des membres des 31 ÉAP, des laïcs en mission ecclésiale, des représentants des mouvements, services diocésains, de consacrés et de chefs d’établissements de l’Enseignement catholique. Car il importe que “la portion tout entière du peuple de Dieu qui constitue le diocèse soit réellement représentée” (canon 512 § 2). S’il appartient à l’évêque diocésain, seul, de convoquer selon les besoins de l’apostolat et de présider l’Assemblée diocésaine, il lui revient encore plus de tenir compte du sensus fidelium et de “proposer des conclusions pratiques”.

L’Assemblée diocésaine deviendra donc, année après année, thème après thème, un lieu singulier où la voix de tous les fidèles se fera entendre.
Il ne s’agira pas d’un rassemblement diocésain comme il peut en exister pour une ordination ou un temps fort, mais d’une rencontre permettant à des représentants du corps ecclésial de s’écouter, de dialoguer et de s’enrichir des apports de tous. Il n’y aura pas lieu d’élaborer un modèle pour mieux l’imposer, mais bien de donner une impulsion sur des thèmes majeurs de notre vie en Église ou de notre monde. Loin d’éteindre les initiatives locales, les Assemblées successives aideront au contraire à encourager tout ce qui va dans le sens d’une Église plus apostolique. Rien ne se vit isolément : une paroisse ne peut ignorer une autre, chaque mouvement ne peut manquer de se sentir solidaire de l’action d’un diocèse tout en l’aidant à élargir son champ de vision.

Cette année, l’Assemblée diocésaine se réunira le 26 novembre à Auxerre.
Le thème retenu est celui de l’exhortation apostolique “Amoris Laetitia” (sur l’amour dans la famille) dont la préparation en deux synodes et en deux consultations universelles avait conduit à un texte enrichi par tout l’apport du peuple de Dieu. Il nous revient en effet de donner autant d’importance à sa réception qu’à sa préparation.
D’ici là, soyons particulièrement attentifs aux situations familiales que nous rencontrons et que nous évoquerons. Il y a tant à faire pour accompagner les familles affrontées à des situations souvent complexes, dans la logique de miséricorde pastorale demandée par le pape François ! L’Assemblée se terminera d’ailleurs solennellement par des vêpres à la cathédrale d’Auxerre pour rendre grâce à Dieu de l’élan suscité par l’Année sainte de la miséricorde. ■

Mgr Hervé Giraud
Archevêque de Sens & Auxerre

Mots-clés associés :
Navigation
Mots-clés associés :