Le Puits d'Hiver : une histoire

Add this
Le puits d’Hiver nait en 1992.

Au cours du synode de 1987 à 1991 s’exprime le désir d’un lieu pour élaborer une recherche sur l’évolution du monde rural. Le projet est soutenu par le père Henri Rivière, alors vicaire général.

Le Puits d’Hiver nait en 1992 avec les mouvements d’action catholique rurale :

  • MRJC - Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne
  • CMR - Chrétiens dans le Monde Rural
  • RRR - les Religieux et Religieuses en Rural
  • CEAS - le Centre d’Etudes et d’Action Social du diocèse 
  • FMC - les Frères missionnaire des campagnes et l’association de laïcs qui les soutient
  • la Communion - l'association de laïcs qui soutient les Frères missionnaire des campagnes

Dans la lettre de mission qu’il adresse le 18 juin 1994 au Puits d’Hiver, Mgr Gérard Defois écrit :

En tant qu’évêque responsable de l’Église de l’Yonne, je suis heureux de confirmer cette mission que nous avons définie ensemble lors de nos rencontres et que vous exprimez dans le texte des orientations.

Ouvert aux autres, à la différence et à l’avenir, lieu d’accueil, d’approfondissement et de créativité, espace fraternel de solidarité, source d’un élan missionnaire renouvelé dans la prière et la célébration, il doit offrir dans le contexte rural qui est le nôtre un message d’espérance et de foi.

                Pourquoi le Puits d’Hiver ?                  

D’ailleurs situé : 22, rue du Puits d’Hiver.

Le puits, c’est la source ; D’Hiver parce que, même en hiver, on peut venir y puiser l’eau car il ne gèle pas.

Le Puits d’Hiver fait penser aux puits si riches de sens de l’ancien et du nouveau testament.

Faudrait-il ajouter que ça parlerait aux gens de Chichery ? Si on avait ouvert un bistrot ou un restaurant dans cette rue, il se serait certainement appelé ainsi.

Extrait de la communication du Père Henri Rivière lorsqu’il s’est agi de donner un nom à ce lieu d’église,compte-rendu de la réunion des partenaires le 19-11-1992.