Église de Laduz

Add this
L’église de Laduz est dédiée à Sainte Madeleine fêtée le 22 Juillet et à Saint Hilaire, évêque de Poitiers, fêté le 13 Janvier.

Pendant plusieurs siècles la paroisse de Laduz a appartenu à différents doyennés avant d’être vendue en 1709 par la Duchesse De Lesdiguières, Comtesse de Joigny, aux Seigneurs de Guerchy, qui la gardèrent jusqu’à la Révolution.

Dès le XIIIe siècle, il y eut un prieuré à Laduz, la construction de l’église date certainement de cette époque. On peut lire sur la façade la date de sa restauration : 1551. L’ensemble de la statuaire et du retable date des XVe et XVIe siècles.

Par la suite elle a dû être endommagée par un incendie puisque sur la voûte on peut lire "J’ai été bruley en mil huit cent douze et je suis été rétablie en mil huit cent dix sept." A cette époque l’Abbé Chabassol était curé de Laduz, il jouissait de l’estime générale, il était reconnu pour ses grands talents et avait été déporté par suite du système de Terreur qui régnait sur le canton. Un orage très violent, le 24 juin 1872, abîma sérieusement les vitraux.

En 1959, l’électricité a été posée dans l’église par le père Charlet avec l’aide des enfants de chœur. La cloche porte la date de 1513, elle a été électrifiée par l’Abbé Tenin en 1973.

Deux remarquables statues polychromes (en pierre) :


Ste Madeleine portant les aromates pour embaumer le corps du Christ et une sainte Barbe, ainsi qu’une Vierge à l’enfant tenu à deux mains ornent le haut de l’autel. Un tableau représentant Madeleine repentante, avec le paysage de la Sainte Baume en Provence où Madeleine vécut pendant trente ans dans une grotte, après son débarquement à Marseille avec Lazare, Marthe et les saintes Maries.

Sainte Barbe est originaire de Nicomédie. Son père l’enferma dans une tour qui n’était éclairée que par deux fenêtres. Elle y trouva moyen de recevoir l’enseignement d’un prêtre qui, après l’avoir instruite, lui administra le baptême. Pour manifester sa foi dans la trinité, elle perça dans les murs de sa prison une « tierce » fenêtre. Elle est invoquée contre la foudre et la mort subite : les artilleurs, les architectes et les maçons, et les sonneurs de cloches l’ont choisie comme patronne.

Dans le chœur :


Un lutrin du XVIIIe siècle, les statues de sainte Anne, de saint Jean-Baptiste, une Vierge tenant une colombe et un évêque en bois doré, sont les témoins de la foi des Anciens.

Une bannière nous rappelle la Confrérie Notre Dame, qui a précédé, au XIXe siècle, les mouvements d’action catholique : JAC. ACGF. CMR. très actifs à Laduz. Aujourd’hui d’autres mouvements sont animés par les chrétiens, au sein des paroisses de Neuilly et Senan : "L’Equipe du Rosaire, la chorale paroissiale, l’Hospitalité de Lourdes pour les malades, etc..."

Dans la nef :


Un autel à Hilaire, évêque né à Poitiers en 315. Par ses talents d’homme de grande foi et d’écrivain, il contribua à purger l’Eglise latine des erreurs ariennes. Il a écrit « Si la vie présente ne nous est point donnée pour nous acheminer à la vie éternelle, elle n’est pas un bienfait de Dieu ».

Un autel à notre Dame de Lourdes et un grand crucifix de bois très ancien nous invitent à la prière dans l’église de Laduz.

Si vous souhaitez visiter cette église, vous pouvez vous adresser à Mme Anne-Marie Rousselat, 5 rue du Château vert (tél 03 86 73 70 06) ou M. et Mme Bernard Durville, 9 rte de Sarrigny (tél. 03 86 73 71 58)