Servants d'autel

Add this
Les servants d’autel de notre paroisse ont vécu leur sortie annuelle à l’Abbaye de la Pierre-Qui-Vire le samedi 7 avril. Accompagnés par le Père Arnaud, ce fût une journée très riche.

Nous avons quitté Auxerre de bon matin avec nos familles afin d’arriver à l’abbaye pour la messe conventuelle. Nous étions encore dans l’octave de Pâques et la joie du Christ ressuscité se manifestait dans chacun de nos 19 servants d’autel présents. Durant la messe seuls 2 d’entre nous ont occupé une fonction liturgique, cependant nous avons pu observer comment les moines servaient la messe dans une « noble simplicité ».

Après la messe et la traditionnelle photo de groupe nous avons eu le privilège de passer la clôture monastique, et c’est accompagnés du frère Yvan que nous avons visité l’usine hydroélectrique et l’atelier de poterie. Là, le frère potier nous a expliqué son travail, et comment il a acquis son expérience années après années. Préparation des objets, cuissons, pigmentations n’avaient plus de secrets lorsque nous sommes ressortis.

Après un temps de jeux, c’est devant la statue de Saint Benoit que le Père Arnaud nous a parlé de l’histoire du monachisme, de la vie et de la règle de Saint Benoit.

Ensuite nous avons lu le passage de l’Evangile du Fils prodigue et le père Arnaud nous a expliqué comment le frère Yves, moine et artiste peintre, avait illustré ce passage de l’Evangile en une longue frise qui orne le couloir de l’abbaye.

Ora et labora, prière et travail, telle est la vie du moine bénédictin selon la règle de Saint Benoit c’est pourquoi avant le repas nous avons pu prier et découvrir la liturgie de l’office de sexte.

L’après-midi, profitant d’un beau soleil, une grande promenade dans les bois nous a fait suivre la rivière du Triquelin pour aller jusqu’au lac de Saint Agnan. Au retour nous avons visité l’exposition monastique avant la prière des vêpres. Là encore ce fut la découverte d’une autre liturgie, avec en ce temps de Pâques, le rite du lucernaire.

Pour finir notre journée, et en cette année Saint Germain, nous nous sommes arrêtés à l’église de Sainte Magnance sur son tombeau.  Le père Arnaud nous a donné beaucoup d’explications avant de conclure par un temps de prière et d’envoi.

Florent DENIEUIL