Pèlerinage à La Cordelle le 8 mai 2017

Add this
En 2017, cela fait 800 ans que les franciscains sont arrivés en France.
Un pèlerinage à Vézelay, premier lieu d'implantation des franciscains en France, aura lieu le 8 mai 2017.

 

L'invitation de notre évêque

Paix et joie

Les frères que saint François envoyait en mission n’avaient pour tout bagage que ses paroles : « Paix et Joie ». C’est dire combien elles avaient d’importance pour le Poverello d’Assise ; c’est dire combien ses premiers frères devaient les méditer en chemin ; c’est dire combien de simples paroles peuvent porter de fruit quand elles sont fondées, dans l’Evangile, sur la foi en Jésus Christ.

Car la Paix de sa vie nouvelle est ce que Jésus ressuscité souhaite en premier lieu aux témoins de sa victoire sur la mort. Et la joie qui en résulte, triomphe de la vie éternelle sur l’angoisse de toute mort, est promise à quiconque croit en Lui, écoute Sa Parole, communie à son Corps et à son Sang.

Quelle chance pour l’Eglise diocésaine que cette devise franciscaine ait retenti dans notre diocèse il y a huit siècles et, plus encore, que les frères Louis et Pacifique aient choisi de fonder au pied de la colline de Vézelay la première implantation franciscaine hors d’Italie ! Mesurons donc l’invitation que cela constitue pour chaque chrétien de l’Yonne, à demeurer toujours plus fidèle à sa vocation de baptisé.

Saisissons également la chance de ce jubilé pour méditer les valeurs franciscaines. Si l’arrivée des premiers frères s’est effectuée il y a huit cents ans, la fraternité, le dialogue, la pauvreté en vue du partage, toutes vertus qui conduisent à une véritable écologie humaine restent clairement d’actualité.

Répondons, nous aussi, dans cette célébration de l’élan apostolique des franciscains de La Cordelle, à l’appel que le Christ nous lance à servir nos frères avec « Paix et Joie ».

Le programme de la journée

Le doyenné de l'Auxerrois-Puisaye propose un car pour se rendre à La Cordelle

Départ de Toucy, arrêt à Auxerre et Vermenton

Se renseigner auprès de sa paroisse

Les chants de la célébration

Voici les chants pour la célébration eucharistique :

Loué sois-tu mon Seigneur, monte vers toi la louange
De toute ta création, tu nous donnes de te chanter
Loué sois-tu mon Seigneur, immense en magnificence
Tu fais jaillir ta beauté et l’homme sait qu’il est aimé (bis)

Loué sois-tu pour tes créatures, pour frère soleil
De Toi très haut, il est le symbole de ta lumière
Pour sœur lune et les étoiles belles, précieuses et claires
Loué sois-tu mon Seigneur pour tes merveilles.

Loué sois-tu pour l’air et le vent, et pour les nuages
Pour l’azur calme et tous les temps même les orages
Pour frère Feu fort et joyeux, pour humble sœur eau
Loué sois-tu mon Seigneur du haut des cieux.

Loué sois-tu pour les beaux fruits de mère notre terre
Elle nous porte et nous nourrit, jusqu’en hiver
Les animaux, le veau, le lionceau, le loup et l’agneau
Loué sois-tu mon Seigneur du haut des cieux.

Loué sois-tu prodiguant pour nous ta miséricorde
Ceux qui pardonnent, supportent les épreuves dans ton amour
Pour sœur la mort qui nous emporte dans la concorde
Acclamez Dieu maintenant et pour toujours !

Paroles et musique de Frère Jacques Jouët, franciscain
adaptation du Cantique des Créatures de saint François d’Assise

Vous qui avez soif, venez à moi et buvez
Car de mon cœur  ouvert jaillira
Le fleuve qui donne la vie. (bis)


1 - Que soient remplis d'allégresse les déserts,
Que la steppe exulte et fleurisse,
Qu'elle se couvre de fleurs et soit en fête :
La splendeur de Dieu lui est donnée.

2 - Affermissez les mains et les genoux affaiblis,
Dites aux cœurs  défaillants :
Soyez forts, ne craignez pas, voici votre Dieu.
C'est lui qui vient vous sauver !

3 - En ce jour-là s'ouvriront les yeux des aveugles,
Les oreilles des sourds entendront ;
Alors le boiteux bondira comme un cerf,
Et le muet criera de joie.

4 - Ce jour-là dans le désert les eaux jailliront,
Et les torrents dans la steppe.
La terre brûlée deviendra un verger,
Le pays de la soif un jardin.

5 - Dieu tracera un chemin, une voie sacrée ;
Les insensés n'y passeront pas.
Tous les rachetés du Seigneur y marcheront,
Dieu lui-même les conduira.

​Louez, exaltez le Seigneur
Acclamez Dieu votre Sauveur,
Louez, exaltez le Seigneur
Le créateur de tout l'univers

1 - Louez le nom du Seigneur à jamais,
Prosternez vous devant sa majesté.
Salut, puissance et gloire à notre Dieu,
Louez-le vous, les petits et les grands.

2 - Maître de tout, toi qui es, qui étais,
Seigneur et Sauveur, Dieu de l'univers,
Tu as saisi ton immense puissance,
Tu as établi ton règne à jamais.

3 - Ô notre Dieu, tu es saint, glorieux,
Justes et droites sont toutes tes voies.
Les saints, les anges te louent dans les cieux,
Les peuples chantent leurs hymnes de joie.

Un jubilé pour faire connaître saint François d'Assise

par Frère François Bustillo, Custode des franciscains

Ce jubilé extraordinaire a débuté le 1er mars pour se clôturer le 4 octobre – fête de notre saint patron. De nombreux évènements pour apprendre, prier, rencontrer et célébrer sont programmés partout en France où la famille franciscaine est active. [ … ]

Faisons redécouvrir la modernité saisissante de François d’Assise : saint patron des écologistes, pionnier du dialogue islamo-chrétien mais avant tout acteur de la fraternité et soucieux des plus pauvres. Sa spiritualité peut certainement apporter réponses et espérances à nos préoccupations communes. Telle est l’humble ambition de ce jubilé franciscain.

 

C’est dans cet élan que nous vous proposons un pèlerinage diocésain, le 8 mai prochain à la Cordelle, présidé par notre Archevêque, Mgr Giraud, et préparé conjointement par la communauté franciscaine de la Cordelle, les fraternités laïques franciscaines, et le service diocésain des pèlerinages.

Cette journée aura pour thème Pax & Bonum -  Paix et Joie, paroles avec lesquelles saint François envoyait ses frères de part le monde.

Un peu d'histoire

C’est avec l’approbation orale de la règle par le pape Innocent III en 1209 que la Fraternité des Mineurs, au nombre de 12 Pénitents venus d’Assise, est reconnue officiellement. Elle ne cessa dès lors de s’accroître en nombre jusqu’à devenir un Ordre important. Au chapitre de la Pentecôte 1217, ils sont environ 5000 frères. On y décide alors d’envoyer des frères hors d’Italie (Espagne, Allemagne, Hongrie, Terre Sainte). François, pour donner l’exemple, projette d’aller dans le pays dont il porte le nom et admire les troubadours, usant parfois de leur langue. Il veut connaître aussi les théologiens de Paris qui parlent si bien de l’Eucharistie.

Arrêté à Florence par le Cardinal protecteur Ugolin de Segni, sur son conseil François décide de rester en Italie pour assurer la pérennité de son ordre, critiqué par certains cardinaux pour son radicalisme évangélique proche des Vaudois dissidents de l’Eglise. Il délègue alors la direction du groupe des frères au frère Pacifique, une de ses premières recrues, couronné avant sa conversion en 1212, roi des poètes par le futur empereur Frédéric II. Il connaissait probablement quelques rudiments de la langue des troubadours. Par la suite il aura des fonctions importantes dans l’Ordre comme fondateur de plusieurs couvents de frères et visiteur des clarisses. On le considère comme le premier Provincial de France.

Durant l’été 1217, le groupe remonte par la vallée du Rhône et de la Saône jusqu’à Vézelay, à la frontière du Royaume de France et du comté de Nevers, dont l’abbatiale bénédictine est réputée avoir les reliques de sainte Marie-Madeleine, patronne des pénitents. Après avoir séjourné, selon leur coutume, à la léproserie de la Maladrerie, les frères sont en quête d’un lieu stable et remarquent sur le flan nord de la colline, le long du chemin des pèlerins qui mène de l’église St Jacques d’Asquins à l’abbaye de Vézelay couronnant la colline, un petit ermitage abandonné par les moines, proche de la chapelle romane mémorial de la prédication de saint Bernard en 1146. Ce lieu convenant à leur genre de vie, ils en obtiennent de l’abbé la cession. Quelques frères vont y rester, tandis que Pacifique part pour Paris, ou plus exactement pour Saint-Denis où l’abbé Suger avait fait construire 70 ans auparavant une magnifique abbatiale, près de laquelle se déroulaient des foires très réputées.

Aujourd’hui il y a toujours un Ermitage où sont envoyés des frères Mineurs franciscains. Ils sont trois actuellement.