Le mot du curé

Add this
Le père Paul CAILLIEUX nous commente les évangiles.
 

FEVRIER 2018

 

 

Dimanche 04 février – 5ème dimanche du temps ordinaire

Seigneur Jésus, à l’annonce de la fièvre de la belle-mère de Simon, Tu t’es approché d’elle, lui pris la main et la « fît se lever ». Toi qui a pris corps humain et a donné Ta Vie pour le pardon, relève-nous. Nous t’en prions.

Donne-nous de suivre ta discrétion sur ton identité pour ne pas fausser ton message. Donne-nous de te suivre, toi qui a prié ton Père pour que ta parole soit donnée partout. Tu n’es pas venu d’abord faire des miracles mais « annoncer la bonne nouvelle » à tous. Aide-nous par ton Esprit à parcourir « notre Galilée » pour « annoncer la bonne nouvelle ». Donne-nous de ne pas faire dépendre de nous qui que ce soit. Donne-nous de favoriser des échanges de personne à personne pour servir la Bonne Nouvelle. Nous ne sommes pas le centre du bonheur, mais des routiers de l’Amour de Dieu « au plus loin ».

 

Dimanche 11 février – 6ème dimanche du temps ordinaire

Dans son Évangile, après la résurrection, saint Marc nous décrit Jésus « Pris de pitié » envers un exclu, un lépreux. D’un seul geste et d’une seule parole il le guérit. Il ajoute une parole en le renvoyant durement ne dis rien à personne mais vas te montrer au prêtre » pour ta réinsertion dans la société.

Jésus ne veut pas que l’on s’égare sur son identité. Le lépreux l’a supplié, mais Il n’est pas un guérisseur. Il lui faut résister aux pressions faites par les foules. Ce qu’Il est ne sera révélé que par le don de sa vie sur la Croix pour pardonner. Le lépreux guéri passe outre, même « Il se mît à proclamer et à répandre la nouvelle ».

Qui est ce Jésus qui donne réhabilitation aux exclus avec Dieu et dans la société ? Quel est son chemin ?

 

Dimanche 18 février – 1er dimanche de Carême

Jésus vient d’être baptisé dans le Jourdain. Une voix du Ciel se fait entendre « C’est Toi Mon Fils Bien-Aimé ; En Toi J’ai mis tout Mon Amour ». Saint Marc poursuit son récit « AUSSITÔT l’Esprit pousse Jésus au désert. Il rappelle par ces quelques versets l’épreuve du peuple de Dieu. Les tentations, les chutes… Lui Jésus, humblement, relié à son Père et victorieux des forces du mal – les anges le servaient - Là où le peuple est tombé dans l’infidélité à Dieu, Lui se montre fidèle.

Alors après que Jean-Baptiste fut arrêté, Jésus va parler, d’abord en Galilée. Pays avec frontières, floues. Ce qui permet un brassage de population entre juifs et païens de diverses origines. Il « proclame la Bonne Nouvelle de Dieu ». Cette tâche prioritaire de Jésus les disciples la recevront. Le projet de Dieu envers les hommes est en cours de réalisation avec Jésus, pour tous les peuples. La tendresse de Dieu s’est approchée, alors changez de mentalité. Jésus qui annonce cette Bonne Nouvelle est dans le même temps l’objet de cette annonce.

 

Dimanche 25 février – 2ème dimanche de Carême

Dans le passage précédent de l’Évangile de saint Marc, Jésus disait à la foule et à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher derrière-moi, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ». (Marc 8,34).

Ici le ton change. Entrainant « ses amis préférés », Pierre, Jacques et Jean, Jésus les associe une fois de plus à « un point fort de la révélation » de sa personne. « Sur une haute montagne » ils sont témoins d’une manifestation de Jésus en Gloire. De plus ils voient Moïse et Élie s’entretenir ave Lui. Ils voient l’accomplissement des promesses messianiques en la personne de Jésus. Saint Marc note que Pierre est tenté « d’apprivoiser » une manifestation divine qui lui échappe.

Il faut une autre manifestation divine : une nuée qui les couvrit de son ombre, et une voix qui se fit entendre : « Celui-Ci est Mon Fils Bien-Aimé. Écoutez-le ».

Appel à croire « Jésus Fils de Dieu ». Au-delà des rejets, au-delà de la mort. « Gardez l’Espérance et suivre le Maître sur le chemin de la Croix ».

 

*************************************

Janvier 2018

 

 

Dimanche 07 janvier – Épiphanie du Seigneur

 

Des païens, de plus magiciens, pas aimés des juifs arrivent à Jérusalem et posent aux plus hautes autorités la question : « Où est le roi des juifs enfanté ? » Dans le même temps ils précisent avoir vu « se lever son étoile ». L’évangéliste Mathieu nous met en face de deux attitudes de cœur : celle des païens-magiciens venu adorer l’enfant à l’étoile ; celle du roi Hérode et des autorités juives, attitude dissimulée, supprimer l’enfant à l’Étoile. Bien des siècles après, nous ? notre attitude de cœur ? Quel est le lien qui nous attache à cet enfant-berger de son peuple, de toute l’humanité, d’incroyants, de personnes de diverses recherches religieuses, de chrétiens. Quel temps prenons-nous pour redécouvrir le drame du don de sa vie sur la croix, le drame de la Passion ? Quelle passion nous attache à Lui ? Aux petits de ce monde qu’il continue d’aimer, lui le vivant, le Ressuscité. (Que faisons-nous de notre « galette » pour les petits, les démunis ?).

Mathieu 2/1-12

Dimanche 14 janvier – 2ème dimanche du temps ordinaire

Jean 1/35-42

Saint Jean provoque notre curiosité en mettant dans la bouche de Jean-Baptiste l’expression « Voici l’Agneau de Dieu » pour présenter Jésus aux disciples. Image de douceur, image d’une vie donnée en nourriture. Image du serviteur souffrant annoncé par le prophète Isaïe. Si l’Église nos propose cette rencontre d’André et d’un autre disciple de Jean-Baptiste avec Jésus, rencontre qui dura une partie de la journée, n’est-ce pas pour nous inviter à PRENDRE DU TEMPS AVEC JÉSUS ? Nos évêques nous invitent à la FRATERNITÉ – FRÈRES DE JÉSUS EN HUMANITÉ. Avec Jésus, avec son amour DONNÉ (Agneau de Dieu) DEVENIR FRÈRES de celles et ceux qui nous sont étrangers. De quoi nous dépouillerons-nous pour laisser passer en vos vie l’Amour donné de Jésus « Agneau de Dieu » ? Accepterons-nous que Jésus pose son regard sur nous comme sur Simon, le frère d’André. Qu’il modifie notre personne, en hébreu le nom équivaut à la personne. « Tu es Simon, fils de Jean ; Tu t’appelleras Képhas » ce qui veut dire : Pierre. Oserons-nous chercher le NOM que Dieu, Jésus nous donne dans son amour, le service auquel il nous appelle.

Jean 1/35-42

Dimanche 21 janvier – 3ème dimanche du temps ordinaire

Marc 1/14-20

Jean-Baptiste est arrêté. Sa mission est interrompue. Alors Jésus va commencer la sienne. Jésus prêche la conversion. Où ? en Galilée, le carrefour des nations. Ce choix n’est pas neutre. Païens et juifs y vivent. Il commence à proclamer la Bonne Nouvelle heureuse : Le Royaume de Dieu est tout proche, changez de vie, changez de mentalité. Et, entrez dans la confiance que Dieu vous donne en son Fils. « L’annonceur de la Bonne Nouvelle de Dieu est devenu lui-même l’objet de cette annonce » : Jésus mort en pardonnant, en tuant la haine, et Relevé de la mort, Ressuscité. Et puis, c’est l’appel à venir avec Lui pour devenir « pécheurs d’hommes ». Le suivre suppose des ruptures, des choix. Vivre du Règne de Dieu, suivre Jésus implique des choix qui rendent « Heureux ».

Marc 1/14-20

 

Dimanche 28 janvier – 4ème dimanche du temps ordinaire

Jésus est présenté en homme qui a autorité. Qu’est-ce-à-dire ? Dans son récit de visions pour un monde à venir (Apocalypse), le prophète Daniel nous dit : « Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant Lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite ». Daniel 7/13-14.

Si Saint Marc nous parle de Jésus donnant un enseignement à la synagogue de Capharnaüm qui surprend ses auditeurs, c’est parce que Jésus vit ce qu’il dit. Lui seul dans son cœur chasse l’esprit mauvais. Il a autorité sur le mal, la mort. Et cela se répand dans la région. Notre attachement à Jésus peut nous donner de lutter contre tout ce qui en nous est fermeture et mépris, refus des plus faibles. Et ainsi de porter l’Espérance qu’a portée Jésus, ce jour-là, et après, à Capharnaüm.

Marc 1/21-28

 

 

 

 

Paul Caillieux

 

Curé de la Paroisse Saint-Luc-aux-Marches-de-Puisaye (Toucy, Pourrain, Leugny)


Retrouvez les informations paroissiales sur internet www.catholigue.yonne.fr