Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Vincent
Paroisse Saint-Vincent

Fête hier et aujourd'hui : les saints anges gardiens

Add this
Une chronique mensuelle pour découvrir les fêtes de notre calendrier liturgique

Officiellement inscrit au calendrier liturgique, aujourd’hui à la date du Ier octobre, le culte de l’ange gardien fut étendu à toute l’Église au début du XVIIe siècle ; sa fortune alla croissant, jusqu’à la fin du XIXe siècle, puis déclina fortement pour quasiment disparaître dans les années 70 ; cependant, il renaît aujourd’hui, et opère ainsi, lentement mais sûrement, sa « sortie du purgatoire », si l’on peut dire.

Certes, les anges, du grec « angelos » signifiant « envoyé », adorateurs du Tout Puissant , dont ils sont aussi les messagers, sont présents tout au long de l’Écriture Sainte. Mais l’ange « gardien » proprement dit, lui, se définit comme l’esprit protecteur qui accompagne peronnellement chaque fidèle dans sa vie terrestre et  montre le chemin du salut à celles et ceux qui se tournent vers lui. 

Cette idée de « tutelle » bienveillante se trouve déjà dans l’Ancien Testament, quand l’archange Michel vient au secours du prophète Daniel (Dn 10, 13) ; on la retrouve chez Mathieu qui, dans son Évangile, mentionne les « anges aux cieux » qui protègent enfants, petits et faibles sur terre (Mat. 18, 10). C’est pourquoi, semble-t-il, le culte de l’ange gardien s’est surtout développé en contexte familial, dans le cadre de l’éducation à la foi des plus jeunes ; Si nombre de théologiens y voient une sorte d’ « allégorie » du Christ lui-même, qui assiste tout baptisé au long de sa vie, certains perçoivent en l’ange gardien la figure d’un double idéal du chrétien, d’une conscience de lui-même que tout individu doit acquérir, dès le plus jeune âge, d’une figure qui interroge silencieusement chacun en son cœur et nous amène doucement sur le chemin de l’individualité et donc de la responsabilité personnelle. Ainsi, l’ange gardien, figure pastorale, nous fait-il grandir… 

Il semblerait que le culte soit apparu en Catalogne au cours du XIVe siècle et, delà, se soit lentement propagé dans le sud de la France où le bienheureux François d’Estaing, évêque de Rodez de 1504 à 1529 s’en fit l’ardent promoteur. Rome en approuva le principe, pour la seule Espagne, en 1518 , et il fallu attendre 1608 pour que le pape Paul V étende le culte à l’Église universelle. 

Patrice

Illustration : L’ange gardien accompagne le fidèle et lui montre le bon chemin, celui du Ciel. Cathédrale N-D de Rodez (Aveyron) , bois peint, XVIIIe s.