Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Vincent
Paroisse Saint-Vincent

L'édito de septembre : quelle découverte !

Add this
Une chronique mensuelle ouverte à la découverte

D’abord merci à Emilien pour les édito de l’été et la refonte du site.

Je dis BRAVO !

Moi, qui suit un dinosaure face à ces nouveaux médias, suis admirative de la maestria avec laquelle Emilien "joue" avec.

« Joue »… n’ est peut être pas la meilleure des expressions, mais elle rend compte du côté convivial de cette affaire…quoique le côté convivial de l’ordinateur m’échappe assez souvent (surtout quand il refuse de m’obéir…mais peut être n’avez-vous jamais vécu ce genre de mésaventure. Dans ce cas, que Dieu vous en préserve)

Comme toute nouveauté, elle provoque intérêt, voir fascination…mais aussi soupçon et méfiance.

Comme sans doute l’imprimerie a provoqué les mêmes effets, alors que chacun sait aujourd’hui qu’il est précieux de savoir lire et écrire…que le monde en a été changé, mais plutôt pour le meilleur que pour le pire.

Rien avoir avec  l’homme, qui change si peu…et reste le même…capable lui aussi du pire et du meilleur.

Et l’histoire oublie parfois comment les choses se sont transmises, d’où elles viennent.

Quelle ne fut ma surprise de découvrir d’où proviennent les notes de la gamme.

Ut ou do, ré, mi , fa, sol, la, si résultent d’un hymne à Saint Jean-Baptiste du bénédictin lombard Paul Diacre(VIIIe siècle)

DO queant laxis REsonare fibris (Pour que tes serviteurs fassent résonner)

Mira gestorum FAmuli tuorum (Les prodiges de tes hauts faits)

SOLve polluti LAbii reatum (Par leurs cordes vocales bien souples, Efface le péché de leurs lévres souillées,)

Sante Iohannes (Saint Jean)

Le musicien italien Guido d’Arezzo avait entendu que l’hymne s’élevait à chaque vers, il a donc fait ressortir les premières syllabes et celle qui suivent le milieu du vers pour nommer les sons de la gamme. Au XVIe siècle, UT, remplacera DO , plus facile à prononcer !

Est-ce que les fervents absolus  de la laïcité oseraient encore lire leur  partition si ils le savaient ?

Où ai-je appris cela ? Je l’ai lu, dans un livre de Sophie CHERER, RENOMMER (éditions de l’Ecole des Loisirs)…et je m’accorde le plaisir de le lancer sur le site de notre paroisse…

Et voilà ; le tour est joué !

Merci Emilien, sans toi, ce tour n’aurait jamais pu avoir lieu !

Bonne rentrée à tous.

Catherine