La vie de saint Martin

Add this
Découvrez la vie de St Martin, saint patron de l’église de Vincelottes

Fêté le 11 novembre

La Morvan et l’Auxerrois était peuplé de Celtes, de Gaulois païens qui s’adonnaient au culte des divinités avec les Druides.

St Martin est né en 316 de notre ère à Sabaria en Pannonie en Europe centrale, sur le Danube moyen. Les parents de Martinus étaient païens et riches. Son père était soldat des légions romaines puis tribun militaire. Sa mère, dont nous ne savons rien, a favorisé l’éveil du jeune Martinus aux précepte de la nouvelle religion naissante (chrétienne).

Pendant 22 ans, Martin allait, bourlinguant au gré des campagnes romaines du centre de l’Europe au Sud, au Nord.

C’est dans la ville d’Amiens (il avait 18 ans) que se situe l’épisode du manteau. Il faisait très froid cet hiver là, tout gelait. Martin s’arrêta près d’un mendiant transi. Ayant déjà tout donné aux malheureux, il lui offrit de partager ce qui lui restait : son manteau. De son glaive, il trancha deux parties, l’une pour le mendiant, l’autre pour lui-même. On sait que le lendemain, le Christ lui apparut et le remercia de sa charité.

Tout au long de ses voyages à pied, il fit quelques miracles. De 370 à 385, il a en particulier parcouru notre région et le Sénonais, détruisant les autels celtiques.

Un jour, un celte lui fit un pari en forêt : "si ce grand pin tombe de ma hache sur toi, alors ton Dieu n’est rien !" Et St Martin confiant dans la force de sa foi, se place dans la trajectoire de la chute de l’arbre. Bientôt, le pin vacilla. St Matin ne bouge pas... le grand arbre fit alors un écart sur le côté laissant intact Martin, alors évêque.

Peut-être est-il passé par Druyes, Taingy, Courson pour se rendre à Auxerre... par la voie romaine allant de Clamecy à Auxerre, et passant par les "moulins !

St Martin quitte l’armée romaine en 352, et se rend au monastère de Liguge, près de Poitiers. Il finira ses jours à Candes, près de Tours où il décédera le 8 novembre 397.