Chapelle paroissiale, à Arthonnay

Add this
On peut apercevoir au dessus du village, l'ancienne église paroissiale St Valentin.
Ses ruines sont classées.
Ayant été laissée à l'abandon, une chapelle a été aménagée au centre de la commune: coquette et acueillante.

L’église St Valentin

Édifiée en 1535 par les soins d’Antoine de Vienne, alors à la tête de l’abbaye de Molesme, l’église Saint-Valentin d’Arthonnay était une grande église gothique, pourvue de niches finement sculptées sur tous les contreforts visibles depuis la rue. Cette église Renaissance possédait et possède encore un portail aux fines sculptures, surmonté d’une jolie rosace, ornant le mur septentrional.
Victime de quatre incendies dus au « feu du ciel » entre 1693 et 1827, victime du mauvais entretien des toitures et de l’immobilisme ayant précédé la séparation de l’Église et de l’État, le monument a vu ses voûtes s’effondrer à partir de 1904, puis le clocher en 1926, année de l’inscription à l’inventaire des monuments historiques. 
Une chapelle paroissiale, aménagée dans une ancienne habitation, a pris le relais de cette église en ruine.

Description :

Dans la chapelle paroissiale

En 1940, Arthonnay est le théâtre d'un des derniers combats de la Bataille de France. Du 16 juin au soir jusqu'au 17 juin au matin, le 42e régiment d'infanterie coloniale résiste au XXXIe Panzerkorps allemand, et est décimé. On relève 107 soldats français qui y ont fait don de leur vie pour la France. C'est ce même 17 juin que le maréchal Pétain s'adresse aux Français pour annoncer qu'il « fait don de sa personne à la France pour atténuer ses malheurs et que, le cœur serré, il ordonne de cesser le combat ».
Une stèle commémorative dans la chapelle paroissiale honore la mémoire des noms de ces 107 combattants

A remarquer : l’autel et sa représentation en bas relief de la Cène (4ème quart du 17ème siècle)

Renseignements:
Paroisses Tonnerroises
09 rue du Pâtis
89700 Tonnerre
03 86 55 10 98
Courriel paroisse.tonnerre@orange.fr

Télécharger le document