Messe annuelle de la saint Fiacre à Villeprenoy

Add this
L’événement liturgique local annuel à la chapelle Saint-Fiacre de Villeprenoy près d’Andryes.

 

Comme chaque année, les fidèles du secteur d’Andryes et plus largement de la paroisse ont célébré la saint Fiacre, ce 30 août 2018, à la chapelle Saint-Fiacre à Villeprenoy près d’Andryes. Cet événement fut particulier pour le père Joseph NADLONEK qui va bientôt quitter notre paroisse.

Environ une trentaine de personnes se sont rassemblées à la chapelle pour la messe en entonnant le chant d’entrée Tu es là au cœur de nos vies. Après la lecture du récit de la création au livre de la Genèse (Gn 1, 1-11), la proclamation de l’Évangile de saint Matthieu en son chapitre 13 a invité chacun et chacune à réfléchir sur la nature du « Royaume des cieux » vers lequel Jésus nous conduit à travers la parabole de la graine de moutarde (Mt 13, 31-33).

Le père Joseph a introduit son homélie avec émotion en évoquant le fait qu’il s’agit de sa dernière célébration dans la chapelle. Puis il a poursuivi en exposant le principe de la vie monastique ora et labora qui est en lien avec la spiritualité qui s’est greffée autour de la vie de saint Fiacre. Alternance entre prière (ora) et travail de la terre (labora) était le quotidien de l’ermite que nous avons fêté ce jour. C’est dans cette continuité que le père Joseph a éclairé chacun et chacune sur la tendance de l’homme à s’éloigner de son Créateur par manque de considération de l’œuvre de Dieu (la création et ses créatures végétales ou animales).

Convivialité et fraternité étaient au rendez-vous, et cela s’est poursuivi après la célébration en partageant le verre de l’amitié. Instant au cours duquel chacun a pu échanger.

Merci à ceux et celles qui ont contribués au déroulement de cet événement liturgique local et qui contribue à la vie paroissiale poyaudine.

Par la grâce du Seigneur, nous espérons vous donner rendez-vous l’année prochaine !

Vie de saint Fiacre

Fils d’un roi d’Irlande, Fiacre est né vers 600. Il émigra en France à l’époque mérovingienne. Il fut ermite dans la forêt de Brie (Seine-et-Marne) et accueilli par saint Faron, évêque de Meaux au cours de la seconde moitié du VIIe siècle. Son ermitage donna naissance au village de Saint-Fiacre.

Fiacre acquit d’importantes connaissances en phytothérapie. Sa réputation grandissante de guérisseur l’amena à quitter l’Irlande en quête d’une plus grande solitude.

On lui prêta beaucoup de vertus guérisseuses même après sa mort. Moine défricheur, son ermitage devint un hospice pour les pauvres qu’il nourrissait des fruits et légumes qu’il cultivait pour eux. C’est pourquoi il est spécialement honoré par les jardiniers et les maraîchers de l’Ile-de-France. L’objet associé au saint est tout naturellement une bêche.

Saint Fiacre est décédé à Breuil, près de Meaux, vers l’an 670.

Navigation