Les autres lieux de pèlerinage de l'Yonne

Add this
Notre-Dame de Lumière à Cure ; saint Edme à Pontigny ; saint Savinien à Sens

Cure : Notre-Dame de Lumière

Au IXe siècle les moines de l’abbaye bénédictine de Chore, dont on peut voir encore quelques vestiges à terre, invoquaient déjà en ces lieux celle qu’un document de 1542 appelle Notre-Dame de Saint-Martin-de Querre.

« Émergeant du creux de longues et hautes vagues de chênes tordus et sombres, apparaît, comme figée par les siècles, la volumineuse coque avant d’un navire de granit-fluoré la monumentale statue de Notre-Dame de la Lumière. » C’est ainsi que l’abbé Lacroix présente cette Vierge qui domine la vallée de la Cure et le Morvan.

Haute de 8,10m, cette statue est l’œuvre du sculpteur avallonnais de renommée mondiale, Pierre Vigoureux, qui en parle ainsi :

L’idée scientifique « Force et Lumière » patronnée par le Vierge des barrages du Morvan a été évoquée par un cercle d’eau à la base de la statue et un rayonnement au centre de la croix érigée à bout de bras.

Voulue par l’abbé Lacroix, curé de Cure en 1950, année où fut proclamé le dogme de l’Assomption de la Vierge Marie, elle fut consacrée en 1951 par Mgr Lamy, archevêque de Sens-Auxerre, comme protectrice des professionnels et usagers des activités liées à l’électricité, en référence à l’usine hydroélectrique du Bois de Cure, créée en 1930, à l’époque la plus puissante du bassin hydraulique de la Seine (150 ouvriers et leurs familles).

Dès cette date, le culte à Notre Dame de la Lumière est reconnu officiellement par le pape Pie XII comme patronne de l’Industrie électrique.

Depuis quatre ans le pèlerinage a repris. Quelle que soit les aléas de la météorologie les fidèles participent activement à la messe en plein champ et au pot de l’amitié. C’est un grand moment fraternel pour Domecy, Cure, Usy, Pierre Perthuis, Tharoiseau, Fontette, Saint Père et pour les touristes…

N-D de Lumière est patronne de la production électrique, de l’industrie et du cinéma.

Pontigny : saint Edme

Né en Angleterre en 1170, Edmund Rich, archevêque de Cantorbéry, est un spirituel plutôt qu’un homme de gouvernement.

A la fin de sa vie, en proie à de graves difficultés dans son diocèse, il trouve à l’abbaye cistercienne de Pontigny une étape sur le chemin de Rome. Il meurt sur la route de retour, le 16 novembre 1240, à Soisy-en-Brie. Selon sa volonté, il sera enterré à Pontigny.

Il fut canonisé dès 1246.

Sens : saint Savinien

La légende voudrait que saint Savinien ait été envoyé par Saint Pierre lui-même pour porter la lumière de l’Evangile aux pays des Gaules... mais le voyage dut être long puisqu’il n’arriva chez nous que vers 240 ! Premier évêque de Sens, il aurait subi le martyre un 31 décembre, un an avant son successeur, saint Potentien.

A travers ces deux saints, nous vénérons les fondateurs de notre Eglise diocésaine.

Fête : le 19 octobre.