La vie de saint Pierre

Add this
Découvrez la vie de saint Pierre, saint patron de l’église de Fouronnes

Fêté le 29 juin

« Jeunesse »

Il y avait à Bethsaïda, sur la rive nord du lac de Tibériade, en Galilée, un pêcheur appelé Jona en araméen, et Jean en grec. Jona avait deux fils : Simon et André.


Simon se maria et il s’installa dans la ville voisine de Capharnaüm. Eut-il des enfants ? Nous l’ignorons.

« Vocation »

En l’an 28 de notre ère, le bruit se répandit qu’un prophète avait paru sur les bords du Jourdain. Les Galiléens furent émus par la prédication de Jean-Baptiste. André et Simon se rendirent près de lui et devinrent ses disciples. Le Précurseur indiqua un jour à André et à Jean, le fils d’un autre pêcheur, Zébédée, un homme qu’il appelait "l’Agneau de Dieu". Ils le suivirent, lui parlèrent et à son retour, André annonça à son frère Simon : "Nous avons trouvé le Messie."

Le lendemain, il l’amena à Jésus : "Jésus, arrêtant son regard sur lui, dit : Tu es Simon, le fils de Jean ; tu t’appelleras Céphas, ce qui signifie Pierre".

Simon avait une nature ardente, très droite ; il s’attacha aussitôt à ce maître, le suivit en Galilée, et au cours d’un repas de noces, à Cana, vit son premier miracle. Simon était un des auditeurs les plus assidus du Maître et déjà un de ses intimes : c’est à lui qu’on s’adressait pour voir Jésus, lui qui allait le prier de se montrer à la foule.

« L’apôtre »

Dans les récits évangéliques, Pierre joue un rôle de premier plan : il parle au nom de tous et le Christ s’adresse à lui quand il veut s’adresser à tous. Quand Jésus ne veut que trois compagnons, Pierre est encore le premier, à la résurrection de la fille de Jaïre, par exemple.

Ce Pierre, si sympathique tellement il est homme, désireux de bien faire, mais faible, nous le retrouverons constamment dans l’Evangile.

Et vous, qui dites-vous que je suis ?" Et Pierre ne laisse pas aux autres le temps d’émettre leur avis : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant." Jamais la divinité du Messie n’avait été affirmée aussi clairement et solennellement. "Tu es heureux, Simon, fils de Jean, observe le Maître, car ce n’est pas la chair et le sang qui te l’ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux."

Puis il ajoute une promesse qui est la plus magnifique récompense de l’Apôtre : "Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux".

Après la Résurrection

Jésus s’adressa à Pierre : "Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? " Rendu modeste par sa chute, toujours aussi aimant, mais sans présomption, Pierre répond : "Oui, Seigneur, tu sais bien que je t’aime." Jésus lui dit : "Pais mes agneaux." Il lui demanda une seconde fois : "Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? - Oui, Seigneur, tu sais bien que je t’aime. - Pais mes brebis."

Et Jésus demande une troisième fois : "Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ?" Pierre fut contristé. Son triple reniement pouvait laisser un doute sur toutes ses déclarations. Il répondit : "Seigneur, tu connais toutes choses, tu sais bien que je t’aime." Et Jésus répéta : "Pais mes brebis", puis il ajouta : "En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais jeune, tu te ceignais et tu allais où tu voulais. Mais lorsque tu auras vieilli, tu étendras les mains, un autre te ceindra et te mènera où tu ne voudras pas."

Ce sont les dernières paroles que le Christ adresse à Pierre dans l’Evangile. Elles éclairent les dures années qui lui restent à vivre. Quelques jours plus tard, le 18 mai 30, le Christ ayant béni ses disciples s’éleva au ciel.

Pierre apôtre des Juifs

Pierre prend la direction de la petite communauté. Il décide que Judas sera remplacé. Mathias sera le douzième.

Le jour de la Pentecôte, les apôtres reçoivent le Saint-Esprit. Ils se mirent à parler diverses langues ; les uns s’étonnaient de ce prodige, d’autres l’attribuaient au vin. Pierre prend la parole au nom de tous. C’est le premier discours chrétien qui ait été prononcé.

Pierre à Rome

Après Antioche, Pierre passa à Corinthe, port central dans l’empire romain. Au IIe siècle, l’évêque Denis écrit que son Eglise a été fondée par Pierre et Paul.

Il se rendit ensuite à Rome. Si le fait de la venue de Pierre à Rome est certain, les circonstances de son arrivée et de son séjour sont entourées de mystère. Une tradition ancienne affirme que son épiscopat à Rome dura vingt-cinq ans.

Mort de Pierre

Pierre fut arrêté et mis en prison sous le règne de Néron (54-68). D’après une tradition ancienne, mais pas certaine, il aurait été d’abord enfermé dans la prison Mamertine, où avaient passé de notables condamnés politiques, et où des martyrs séjournèrent plus tard. Une église s’élève maintenant sur son emplacement : San Pietro in Carcere.

Le récit de la mort de Pierre ne fut probablement pas écrit, car on n’en peut relever aucune trace, et ce ne sont pas les innombrables légendes qui circulent qui feront croire le contraire.