Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Vincent
Paroisse Saint-Vincent

Histoire et description

Add this
Découvrez une présentation de l’histoire et des lieux

Le village de Jussy (Jussiacum), situé à 10 km au sud d’Auxerre et niché au fond d’un vallon appartenait à l’évêché d’Auxerre au Xème siècle sous le nom de Jussiacum.

L’Abbaye Saint Julien, dont il ne reste que quelques vestiges, s’y installe au XIIIème siècle.

Au mois d’août 1563, le village, ayant voulu résister, fut entièrement détruit par les troupes de d’Andelot qui ne laissèrent debout que l’église et 2 ou 3 maisons attenantes.

L’église reste donc un de rares vestiges du village originel.
Autrefois située au milieu du cimetière, elle est construite dans le style Roman du XIème siècle et Renaissance des XVème et XVIème siècles.
La nef possède des bancs de pierre à l’instar des monuments du XIème siècle mais ne présente pas d’intérêt majeur. Le chœur, la chapelle et l’abside sont de la Renaissance.

Le chœur et le sanctuaire sont éclairés par trois grandes fenêtres à meneaux de style flamboyant.

La description de l’église fait mention de vitraux du XVIème siècle qui ont été retrouvés après avoir disparu pendant la dernière guerre. Leur remise en état et leur repose sont prévues dans la dernière tranche des travaux.

Au dessus de ces baies et de l’abside existe une jolie galerie en encorbellement dont la balustrade est fine et ornementée, sans doute de la fin du XVème siècle.

Le clocher rectangulaire est d’ordre Toscan, comme il en existe de rares exemplaires dans la région.

La sacristie, ancienne chapelle Renaissance, renferme un ensemble de 5 statues en pierre faisant partie d’un calvaire.

L’église renferme, quant à elle une Vierge à la chasse et une Saint Anne ainsi qu’un grand Christ en bois et un petit reste de peinture murale.
Au cours des siècles, peu de travaux de restauration ont été effectués, si ce n’est au niveau de la toiture afin de limiter les dégâts des eaux.
La nef, autrefois entièrement voûtée en carène inversée, a été dépouillée de sa décoration pour des raisons de sécurité.

La charpente vient de faire l’objet d’une étude de dendrochronologie afin de déterminer avec précision son époque de construction, le souci des bâtiments de France étant de la préserver si elle avait été d’époque romane ce qui n’est pas le cas.

Les travaux consisteront donc à la maintenir dans son état actuel et à préserver le patrimoine villageois.