Nominations à l'Enseignement Catholique de l'Yonne

Add this
Suite à des départs à la retraite, plusieurs directeurs d'établissements catholiques ont été nommés pour la rentrée 2017.
Un nouveau directeur diocésain de l'enseignement catholique a également été nommé.

Ont été nommé chefs d’établissements de l’enseignement catholique : 

  • Auxerre, école Sainte-Marie : Mme Mathilde Jegoudez
  • Joigny, collège Saint-Jacques : Mme Laurence Bonant
  • Ravières, école Saint-Michel : M. Florian Guillaumot
  • Sens, école Jeanne-d’Arc : Mme Alexia Vernier
  • Sens, groupe scolaire Saint-Étienne : Mme Célia Davaine
  • Villeneuve-sur-Yonne, école Saint-Louis Notre-Dame : Mme Cécile Rougier

M. Jean-Claude Fourmaux-Lainé a été nommé comme directeur diocésain de l'Enseignement catholique au service des diocèses de Sens & Auxerre et de Dijon .

Voici un extrait de l'interview paru dans le numéro de juin d'Église dans l'Yonne (pp. 10 et 11, EDY n°6/2017).

Quel est la mission du directeur diocésain de l'enseignement catholique ?

Cette mission est d’abord de représenter l’évêque qui délègue l’accompagnement, le suivi, l’encadrement et le pilotage de l’enseignement catholique de son diocèse.

La pierre angulaire de l’en­sei­gnement catholique, c’est le chef d’établissement. Indéniablement, c’est lui qui incarne l’identité, l’histoire de chaque établissement. C’est lui qui est reconnu par les parents, les enfants, les enseignants, par l’environnement sociopolitique, par le rectorat.

Cette mission c’est donc ensuite, tout naturellement, d’accompagner les chefs d’établissement : les nommer, les soutenir lors de leur installation, dans leurs projets, dans les difficultés qu’ils rencontrent éventuellement et de les accompagner dans leur carrière.

C’est de représenter l’enseignement catholique aussi bien au niveau des mairies, que des conseils départementaux et que des conseils régionaux. La présence “politique” est importante.

C’est aussi de tisser les liens avec le rectorat : le directeur diocésain représente la communauté des écoles catholiques d’une académie au niveau du rectorat, sans en être le seul interlocuteur (les chefs d’établissement y travaillent également).

au service de deux diocèses

L’équipe icaunaise est très efficace mais je m’attacherai à être présent dans les deux diocèses. Le fait que je sois basé à Dijon n’aura pas d’incidence sur ma présence dans l’Yonne.

J’ai d’ailleurs pour projet de vivre ma rentrée scolaire en tant que directeur diocésain dans l’une des plus petites écoles des deux diocèses, en milieu rural. Une école, même très petite, parfois isolée, est une présence d’Église !

Ce sera une façon de rappeler que le nombre de classes d’un établissement n’influe­ en rien sur la richesse de ce qui se vit quand un adulte est face à un groupe d’élèves. Cela ne fait pas de différence.

Mon attachement au milieu rural me pousse à faire cette visite symbolique : le directeur diocésain ne s’occupera pas que des gros établissements dans les villes d’importance !

Quelle feuille de route pour la rentrée ?

En premier lieu, la lettre de mission des évêques oriente le travail du directeur diocésain et détermine les priorités.

Ensuite, le terrain. Je souhaite faire le tour des quarante-quatre établissements avant Noël pour voir chaque directeur d’é­ta­blis­sement en situation : ils exprimeront des besoins et des attentes. Je rencontrerai également les présidents d’OGEC et d’APEL.

Et enfin, mon expérience : j’ai cumulé des connaissances, acquis une vision, un “regard” qui me permettront peut-être de proposer des chantiers, inspirés de ce qui se vit ailleurs, si cela recueille l’assentiment des conseils de tutelle.

Sans oublier les chantiers en cours (comme le projet de création d’établissement dans l’Est dijonnais) qui seront poursuivis.

Navigation